WRC 2018 : Bilan et faits marquants à mi-saison


En attendant le rallye WRC Finlande fin juillet, il est maintenant l’heure de la pause estivale sur le championnat du monde des rallyes après la Sardaigne remportée par Neuville sur le fil face à Ogier pour sept dixièmes. Le moment également de faire le bilan à mi-parcours de cette deuxième saison de la nouvelle ère des WRC.

Après sept rallyes, seul Tänak a réussi à poser son empreinte en Argentine contre Neuville et Ogier qui se sont partagés les victoires des six autres rendez-vous avec trois succès chacun.

  • Neuville taille patron
  • Avec 27 points d’avance, le pilote Hyundaï Motorsport a pris les commandes du championnat depuis sa victoire au Rallye WRC Portugal. Faisant preuve d’une pointe de vitesse et d’une fiabilité accrue, Thierry Neuville réalise son meilleur début de saison en carrière cette année. A noter qu’au classement constructeurs, l’équipe coréenne vire en tête également avec 28pts d’avance sur M-Sport Ford.

  • Tänak chef de file chez Toyota
  • La nouvelle recrue chez Toyota GAZOO Racing a vite pris ses marques en prenant l’ascendant sur ses deux autres co-équipiers avec même une victoire décrochée en Argentine. Cependant les deux derniers rallyes du Portugal et Sardaigne n’ont pas tourné en faveur de l’Estonien victime de deux abandons.

  • Record de vainqueurs en spéciale au Portugal
  • L’édition 2018 du Portugal aura marqué les statistiques du WRC avec onze pilotes qui ont incrit un temps scratch. Seul Andreas Mikkelsen n’aura pas réussi à réaliser un meilleur temps. Il faut remonter aux années 70-80 pour retrouver ces chiffres mais où les rallyes étaient constitués de beaucoup plus de secteurs chronométrés.

  • Changement de réglement sur les Power Stage
  • Après les polémiques de début de saison sur l’ordre de départ volontairement retardé par certains pilotes au moment de s’élancer sur la spéciale bonus de fin de rallye, la FIA a vivement réagit en menaçant d’une sanction sans points attribués à celui qui ne démarrerait pas à l’heure.

  • Citroën Racing à plat
  • Le team Français depuis son retour sur le WRC après son année sabbatique est méconnaissable avec sa C3WRC. Un changement de directeur sportif, un pilote évincé, des résultats en berne, Citroën se cherche et reste coincé dans les profondeurs du classement depuis sa deuxième année consécutive. Même Sébastien Loeb, sur lequel l’équipe avait posé beaucoup d’espoir, n’a pas encore réussi complètement sa mission de sauvetage.

  • Kris Meeke licencié
  • En pleine saison, le pilote britannique est lâché par l’équipe Citroën. Lassée par ces sorties de route à répétition et devenu hors contrôle, les cinq victoires de Kris Meeke acquise avec Citroën Racing ne l’ont pas sauvé.

  • Les chicanes et bottes de paille : bête noire des pilotes
  • Les pilotes sont prévenus, on ne touche plus aux obstacles éphémères ! Les chicanes et/ou bottes de paille qui jalonnent le parcours des spéciales et qui ont pour but de casser la vitesse sont sévèrement contrôlées cette saison. Lappi et Sordo (Portugal) mais surtout Ogier au Mexique (4 points de perdu suite à un déclassement temporel) en ont fait les frais sanctionnés par des pénalités plus ou moins importantes.

  • Latvala absent
  • Après une très bonne première partie de saison l’an passé, la mécanique de la Yaris WRC en a décidé autrement où les pépins ne cessent de se reproduire depuis la Pologne 2017. Mathématiquement l’addition est salée pour Latvala qui ne collecte que 37 points en sept rallyes. Espérons des jours meilleurs pour un pilote qui a la pointe de vitesse et le talent pour revenir très vite sur le devant de la scène.