L’industrie automobile en tant que partenaire marketing


L’industrie automobile est l’un des sponsors les plus actifs, dans le domaine sportif surtout. Elle est évidemment liée au sport automobile en soi, mais elle touche tous les sports et événements sportifs possibles et imaginables.
Ainsi, les investissements de l’industrie automobile en tant que sponsor sont allés en augmentant les 50 dernières années.

Au départ les courses automobiles ont été le principal moteur de ce sponsoring, en tant que partenaires surtout qui fournissent des produits aux équipes. Ces équipements sont souvent des voitures, des moteurs, une assistance technique, voire même des pièces qui peuvent provenir d’entrprises en ligne comme PiecesautoPro.be. Ce sponsoring de l’industrie automobile est gigantesque et bien plus important que pour les autres sports, même s’il existe de nombreux évènements sportifs bien connus qui en bénéficient aussi et des secteurs sportifs très importants. En même temps il paraît logique que le sport automobile soit le premier qui intéresse les constructeurs, vu qu’ils sont directement liés, que ce soit dans l’équipement comme dans les règles du sport. En effet, dès le début des courses automobiles internationales, il y a 150 ans, il a été stipulé que ça serait la nationalité des constructeurs qui serait prise en compte et non celle du pilote. Les choses ont bien changées depuis mais le lien qui unit le sport automobile et son industrie et l’un des plus forts en matière de partenariat.
L’industrie automobile dépense plus d’un milliard d’euros en sponsoring pour les sports en général. Les grandes marques de voiture sont nombreuses a avoir beaucoup investi ces dernières années, surtout pour les évènements sportifs comme la Coupe du Monde de Football, dont Hyundai qui fut partenaire en 2018 et le sera une nouvelle fois en 2022. Pour les Jeux Olympiques on sait que Rio en 2016 comptait avec la présence de Nissan parmi ses collaborateurs. D’autres constructeurs se penchent vers les équipes de foot pour faire de la visibilité à leur marque, comme Chevrolet avec l’équipe du Manchester United ou Renault qui a récemment signé avec le Paris Saint-Germain. L’autre option des marques est celle d’avoir des ambassadeurs sportifs, comme c’est le cas de Solange Stephens, une tenniswoman de renom, qui est devenue ambassadrice de Mercedes-Benz USA il y a quelques semaines.

Bien que les démarches citées auparavant sont celles déclarées standard, toutes les marques n’agissent pas de la même façon. Chaque marque a sa propre stratégie marketing, et des grandes marques telles que BMW, Audi, Mercedes, Hyundai et Toyota ont une approche plutôt rationnelle dans leur choix de sports pour leur sponsoring. Ainsi, ces constructeurs s’occupent de sports ou d’événements qui collent à leur image et à leur public cible pour une efficacité optimale en tant que sponsor. Lorsque cette collaboration est réussie, elle est souvent renouvellée, comme pour Skoda par exemple, qui a déjà renouvelé le contrat ces 15 dernières annees.
D’autres entreprises préfèrent plutôt ne pas avoir de stratégie globale et jouer à un niveau local: l’entreprise délègue à ses bureaux locaux le soin de développer une stratégie marketing basée sur l’endroit où ces bureaux se trouvent, pour ainsi maximiser l’adéquation entre la marque et le public environnant. Le problème est que si l’on regarde toutes les différentes stratégies appliquées dans un territoire, il n’y a plus de cohérence et de stratégie globale à laquelle on peut se raccrocher, ce qui fait perdre en efficacité.

Ça ne vous étonnera pas, le football est le sport le plus approché par l’industrie automobile et représente plus d’un tiers des dépenses de partenariat de l’industrie. Par ailleurs les Jeux Olympiques et le golf sont aussi bien placés, ce qui peut paraître plus anormal. La place des Jeux ces dernières années a souvent été expliquée par le contrat signé avec Toyota, qui était devenu le sponsor le plus important de l’évènement. Le golf, quant à lui, a réussi a attirer nombre de sponsors, surtout (et c’est évident) les marques de voitures de luxe. À des places moins élevées se trouvent les sports tels que le basketball, le football américain, le tennis et le sport universitaire américain qui ont bénéficié d’importantes opérations au cours des dernières années.
Ce sont les États-Unis qui forment le marché le plus convoité par l’industrie automobile, avec plus de 300 millions de dollars investis sur le sol américain. Les organisations sportives mondiales suivent avec près de 220 millions et finalement au Royaume Uni sont investis 120 millions de dollars environ, en grande partie grâce à l’accord entre les équipes de foot du pays comme le Manchester United et Chevrolet.

Tous ces accords et ces collaborations sont bénéfiques pour le sport comme pour l’industrie automobile. Les équipements proposés servent à développer le sport en question et sa visibilité au près du public, et d’ailleurs le sport féminin est en hausse récemment parmi ces accords. Pour le constructeur, c’est son image qui est directement affectée par ce sponsoring, la marque sera souvent associée à un sport et lui apportera un nouveau public si le contrat est réussi.