La course automobile, le sport de vitesse par excellence


A l’approche du mythique Rallye d’Allemagne le prochain 16 août, il est temps de revenir aux bases de la compétition automobile en France et dans le monde. Depuis plus de 150 ans s’affrontent des pilotes d’exception sur des circuits, pistes et routes légendaires aux quatre coins du globe, et les géants de l’industrie automobile comme les fédérations aux commandes de ces courses ne sont pas près d’arrêter ce sport de haute vitesse.

En France tout commence dans le nord du pays pendant la deuxième moitié du XIX siècle. Au départ les courses ressemblaient plus à une parade de voitures. En 1894 Le Petit Journal, un quotidien parisien, organise une épreuve qui récompense avec 5000 francs le véhicule qui répond le mieux aux critères de sécurité, commodité et “bon marché relatif ». Il y aura deux gagnants qui se partageront le butin: Panhard & Levassor d’un côté et les fils de Peugeot frères d’un autre.

Le Paris-Bordeaux-Paris en 1895 est la véritable première course dans le pays. Émile Levassor finit le premier l’épreuve en 48 heures et 48 minutes mais il ne sera pas déclaré gagnant car son véhicule n’était pas réglementaire. Ce fut une Peugeot conduite par Paul Koechlin qui gagna en 59h48. En Belgique la course automobile arrive en juillet 1896, et en octobre, le Paris-Marseille-Paris construit la mode des raids ville à ville, qui devient le format classique de la course automobile. Dès le 7 septembre 1896, une première course automobile sur circuit a lieu aux États-Unis, à Rhode Island, un circuit habituellement utilisé pour les courses de chevaux.

Les courses automobiles internationales commencent à prendre de l’ampleur. Il est stipulé dès les premières épreuves que les nationalités représentées sont celles des constructeurs automobiles, et non celle des pilotes. La Coupe Gordon Bennett apparaît en 1900 et sera ensuite renommée Coupe de l’ACF (pour Automobile Club de France fondée en 1895).

L’appellation Grand Prix se démocratise aussi, avec en 1901 le Grand Prix du Sud-Ouest. Ce terme désigne une épreuve automobile de prestige. Il est utilisé au dedépa pour les courses de chevaux ou les épreuves cyclistes car telle était la récompense pour le vainqueur, et il subsiste encore aujourd’hui dans le domaine du sport mondial.

La sécurité dans le monde de la course automobile est un aspect du sport qui prendra de l’ampleur avec le temps. La vitesse des voitures est allée en augmentant chaque année, jusqu’à que les erreurs de certains pilotes leur soient fatales. Pour minimiser les risques les équipements sont construits pour protéger le pilote, et ceux-ci s’entraînent pour éviter les accidents. Malgré tout il arrive que même des écrous de roues défectueux amènent à un accident pour des voitures à des vitesses aussi folles, c’est pour ça que professionnels comme particuliers doivent faire attention à leur véhicule.

Justement, la course automobile affecte tout le marché. Les améliorations et nouveautés des véhicules dans les compétitions se développent ensuite sur le marché pour l’automobiliste standard. Les accidents relevés pendant ces courses sont souvent analysés pour que le constructeur automobile, si l’erreur vient de la machine, améliore ses composants et puissent bénéficier d’une performance optimale.

Par exemple après les accidents pendant la course Paris-Madrid en 1903, l’ACF et l’état ont déterminé que l’épreuve serait plus sûre si elle était disputée sur circuit. Le Mans était une des villes candidates pour accueillir le tournoi automobile, et la ville recevra alors le premier Grand Prix de France (alors Grand Prix de l’ACF) en 1906 sur un circuit de 103,16 km. Sur ces routes on ne peut pas conduire comme de ville en ville, et pour éviter certains villages les organisateurs placèrent des déviations en bois. De plus, on goudronna le circuit mais le résultat était mauvais, et le bilan financier du Grand Prix fut catastrophique. C’est pour cela que les éditions de 1907 et 1908 se font alors sur le petit circuit de Dieppe, nettement moins coûteux. l’Angleterre, la Belgique et l’Allemagne mettent aussi en place des compétitions annuelles comme le Grand Prix de France, ce sera le premier calendrier d’épreuves.
Au niveau des grandes courses de renom, aux États-Unis, la première édition des 500 miles d’Indianapolis a lieu en 1911. Cette même année, le Rallye automobile Monte-Carlo se dispute. Les 24 Heures du Mans, épreuve d’endurance de référence, se déroulent pour la première fois en 1923. Le premier Grand Prix de Monaco voit le jour en 1929.

Les catégories d’épreuves se sont ensuite développées, et on a pu assister à l’essor d’un sport automobile très diversifié.

Le rallye par exemple apparaît autour du début du XX siècle. Pendant les années 1960 des transformations ont lieu, ce qui amènera au rallyes modernes, avec les copilotes pour un professionnalisme toujours plus avancé.

Au jour d’aujourd’hui des centaines de courses automobiles existent dans le monde entier, des voitures sont spécialement créées pour ces événements spéctaculaires qui allient vitesse et précision. Et le prochain rendez-vous à noter est celui du Rallye d’Allemagne, du 16 au 19 août, un rallye qui ne fera certainement pas de déçus !