Camilli de retour au Deutschland en Fiesta R5


Absent depuis le dernier rallye WRC Monte Carlo, Eric Camilli annonce son retour au volant de la Ford Fiesta R5 M-Sport pour la prochaine manche asphalte du WRC au Deutschland Rallye dans trois semaines.

Depuis janvier le pilote Niçois n’est pas resté inactif pour autant en participant à plusieurs séances d’essais sur terre et sur asphalte pour le compte de Volkswagen Motorsport avec pour mission le développement de la Polo R5.

Déjà présent lors de l’édition 2017, Eric Camilli avait arraché une belle 10ème place au général en remportant la classe WRC-2 devant les Skoda Fabia R5 de Jan Kopecky et Pontus Tidemand.

Pour l’occasion Eric Camilli a eu la gentillesse de répondre à quelques questions :

Avec un seul rallye à ton compteur cette année lors du Monte Carlo, tu nous annonces aujourd’hui ton retour au volant de la Ford Fiesta R5 pour le Deutschland Rallye dans quelques semaines. Vainqueur de la catégorie WRC-2 l’an passé sur ce rallye, comment abordes-tu ce nouveau rendez-vous ?
J’ai surtout carrément hâte de retrouver la compétition. Cette adrénaline des veilles de courses. Ces 6 derniers mois on été difficile. Nous espérions rouler davantage grâce aux résultats acquis mais on a du prendre sur nous mêmes et être patient. Le haut niveau est sélectif, il faut rester humble et déterminé, tout se travaille. J’aborde alors l’Allemagne comme un challenge, les voitures WRC2 ont bien évolué cette année et j’espère être de nouveau performant avec la Ford sur cette épreuve que j’affectionne.

Six mois d’absence, mais pas tout à fait…. Tu as parcouru plusieurs kilomètres durant cette absence avec Volkswagen Motorsport pour le développement de la nouvelle Polo R5. Peux tu nous raconter un peu le travail accompli et l’expérience que tu acquis ?
Oui en effet nous avons pris part au tests de la polo R5 depuis mars ce qui est une formidable opportunité.
Nous avons ainsi la chance de pouvoir enrichir notre expérience sur les réglages et le développement d’une auto de course avec un team différent et prestigieux. De plus cela nous permet de rouler et garder le contact à bord d’une voiture de course.


Comment t’es venu cette passion pour le rallye et quand ?
Depuis « minus » je parcours les routes avec mon père et même mon grand père du côté d’Ajaccio.
Du Tour de Corse au Monte Carl’ en passant par le Var.. C’est une passion, une histoire familiale. Même si gosse j’étais comme terrifié par le bruit « je vibrais deja rallye ».
C’était mon rêve : Piloter des voitures dans ces montagnes parfois mystérieuses et mythiques.


Ton pilote modèle préféré ?
Petit j’ai eu un faible pour Sainz mondial et Magaud en CDF, ne me demandez pas pourquoi. J’ai encore le souvenir, mon père à côté, de voir ce dernier s’agrippant au volant de la saxo dans plan de la tour après avoir séché le fameux vendredi après midi du Var.. chut ! haha.

Pour ton prochain Noël, quelle auto de rallye voudrais-tu sous le sapin ?
Une WRC ou un programme en WRC2.

Ton rallye préféré et pourquoi ?
Je les affectionne tous honnêtement. Chacun est différent et contient une atmosphère hors norme. En revanche peut être bien que la 1ere nuit du Monte Carlo le jeudi soir, est un moment unique évidemment. J’ai eu la chance de le vivre en WRC en 2016. Sortant de quasiment nul part, c’était un grand moment pour moi d’avoir la chance de le vivre.

Ton objectif cette année ? Participer à d’autres manches WRC comme par exemple l’Espagne ?
Evidemment, l’Espagne serait mon objectif suivant ainsi que les tests. Mais déjà concentrons nous sur l’Allemagne, le niveau sera élevé comme chaque année et surtout surtout, vous ne pouvez pas imaginer la bouffée d’air que c’est quand je me dis qu’on sera au départ du shakedown dans 2 semaines.

Merci Eric et bonne chance pour l’Allemagne !